Gouvernement et institutions de Guyenne
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [T.O.P] Nebraska->Coupable de Brigandage

Aller en bas 
AuteurMessage
Angat
Prend racine
avatar

Messages : 247
Date d'inscription : 06/09/2013
Localisation : Marmande

MessageSujet: [T.O.P] Nebraska->Coupable de Brigandage   Lun 26 Mai 2014 - 11:58

Acte d'accusation
Citation :
[Procès opposant le Duché de Guyenne à Nebraska ]

****************En-tête de l'acte d'accusation dressé par le procureur ******
Ouverture du procès le 29 mars 1462, règne de Clytie de Kilkenny, Duchesse de Guyenne.
Procureur : Zoyah Aurel Novotny (Zoyah)
Agent ayant mené l'enquête : Anna Jagellon, sergent de Bordeaux.
Crime : Racket , le 12 mars 1462, sur la route entre Bazas et Bordeaux.
Victime : Okube
Accusé : https://i.servimg.com/u/f55/12/38/19/72/nebras11.jpg
[Nom IG : Nebraska / Vagabond ]

******************************************************************

A la noble cour de justice de Guyenne,
Madame le Juge,

Nous sommes aujourd'hui réunis afin que vous puissiez juger de la culpabilité d'une femme qui comparaît aujourd’hui ci devant la cour car elle est accusée selon le chapitre 4 du Livre II du Coutumier Guyennois d’avoir commis un acte de brigandage à l’encontre de Ser Okube.

*** Le procureur procéda à la lecture solennel coutumier ***

**********Extrait de Loi **********************************
Grand Coutumier de Guyenne, Livre II, chapitre IV, article 3 : le trouble à l'ordre publique (TOP)

Article 3
Le Trouble à l’Ordre Public, de manière générale, correspond à tout comportement portant préjudice à autrui voire à l'ensemble de la communauté .
Plus précisément, et de manière non exhaustive, cela comprend :

- Toute violation d’un décret ducal, lorsque le motif d'inculpation n'est pas précisé.
- Toute violation d'un décret municipal, hors transactions sur le marché de la ville.
- Tout refus de payer les taxes.
- Tout refus de se soumettre aux autorités ducales (non respect d'un verdict, refus de se soumettre aux opérations de vérification de la prévôté...)
- L'insulte, la diffamation.
- La rapinerie.
- Le meurtre, ou la tentative de meurtre.
- Toute tentative de révolte, révolte et l’incitation à la révolte, non autorisées par le Conseil Ducal, par un non Guyennois.
- Toute levée d'armée sur les terres de Guyenne, par un non Guyennois.

( Coutumier : http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?t=2146478 )

************************************************************


Entre le 12 et 13 mars 1462, Okube effectuait un voyage de entre Bazas et Bordeau lorsqu'il fut attaqué par une personne de sexe féminin muée en boîte de conserve.

Cette dernière lui a dérobé
658 écus.
40 morceaux de viandes
une charrette
26 grappes de raisins
13 bouteilles de lait
soit une valeur approximative de 1800 écus.


Lors de son dépôt de plainte, Okube nous a donné moult détails permettant de brosser un portrait fidèle de son agresseur qui correspond trait pour trait à notre accusée.


Le brigand était en armure complète de chevalier, rutilante et brillante, il portait un bouclier noir et une épée.

Autant vous dire que des bonne femme qui se balade en armure complète, il y en a pas des masses en Guyenne !

Voici le portrait que nous avons pu en tirer.

*** Offrant à la vue de la cour une trombine sur le vélin. *** https://i.servimg.com/u/f55/12/38/19/72/nebras11.jpg

Aucun doute n'est permis, il s'agit bien là de notre accusée.

La victime, Okube sera appelé à témoigner durant ce procès.

Je précise que l'accusée a le droit de rester en liberté jusqu'à la fin du procès et de bénéficier de l'aide d'un avocat, parmi ceux exerçant en Guyenne : Maître Betoval, Maître Hugo_Mercier
et Maître Philipusaficus.

Toutefois, si l’accusée consent à rembourser la victime de l'intégralité de ses biens ou d'une somme de 1800 écus avant le verdict,une fois que la preuve aura été apportée au tribunal nous demanderons l’abandon des poursuites.

Nous lui laissons la parole !


Première plaidoirie de la défense

Citation :
a


Réquisitoire de l'accusation

Citation :
*hupffrrrtt.. la proc émit un son indéfinissable, entre le soupire et le grognement, quelque chose qui traduisait son scepticisme. Une affaire comme elle n’en aimait guère. C’était la parole de l’un contre la parole de l’autre. Pas inspirée du tout. D’autant plus que la victime lui était particulièrement désagréable. Toujours à exiger qu’on les venge, qu’on récupère leur bien et tout ça en beuglant comme une vache en train de mourir.*


Monsieur le juge,

Toutes les femmes caparaçonnées d’armure de Guyenne sont pour ainsi dire partie rejoindre l’armée royale depuis belle lurette. Ce n’est pas chose courante que d’en croiser. Tellement peu courante que les maréchaux chargé de délivrer la convocation ont d’abord eu du mal à trouver l’accusée parmi les habitants. Pensez donc, à chaque fois qu’ils posaient la main sur une épaule enveloppée de fer, ils se trouvaient face à un homme ou à un freluquet. Mais enfin, ils ont pu lui mettre la main dessus !

Remarquez que l’accusée ne nie pas s’être retrouvée sur le même chemin que la victime au moment du délit. Elle était donc bien sur les lieux du crime. Pourquoi est-ce que la victime l’aurait accusé elle plutôt que son véritable agresseur ? Pourquoi elle alors qu’il ne la connaît pas ? Cela ne tient pas la route. L’accusée ment !

Monsieur le Juge, voyez le traumatisme de la victime ! Car c’est bel et bien un traumatisme.
Jamais malandrin voulant perdre une personne par un faux témoignage n’aurait pu feindre autant de douleur et de colère ! Alors que l’accusée elle, est particulièrement calme. Quelqu’un accusé à tort aurait au contraire remué ciel et terre pour prouver son innocence et en aurait apporté les preuves.

Monsieur le Juge, je me demande donc de reconnaître l’accusée coupable de brigandage et de lui infliger une peine minimale de trois jours de prison et une amende conséquente.

Merci de m’avoir écouté


Dernière plaidoirie de la défense

Citation :
*Elle se leva, fronçant les sourcils*

Qui vous dit que cette personne a réellement été brigandée !?
Je ne savais pas que les gens se promenant en armure étaient des brigands, je dois maintenant stagner à Bordeaux en attendant de connaître la fin de l'histoire.
Si j'avais réellement commis les faits, je serai partie pour ne pas qu'on me reconnaisse, mais là, ce n'est pas le cas!

A vous de juger,

Merci de m'avoir écoutée.


La défense a appelé Nebraska à la barre

Citation :
Voici son témoignage :
* Elle se leva calmement *

Madame la juge,

1800 écus, dites-vous !? Une somme que je dois remboursée et que je n'ai jamais possédée, surtout avec une claire absence de preuves ?

Pour commencer, je ne me promène que la nuit en armure, sauf lorsque je voyage, je le suis aussi le jour, étant donné que je voyage souvent en armée.

* Elle regarda l'homme l'ayant amenée ici *

Saviez-vous que vous risqueriez le bûché pour ce que vous faites là ?

Seriez-vous un sorcier pour dire que c'était bel et bien moi sous cette armure, vous voyez à travers les vêtements ? Des gens en armure, j'en connais pleins, je peux vous donnez les noms, si vous voulez !

Lorsque l'on m'a amenée ici, j'étais habillée telle que je le suis devant vous. Je porte des vêtements de garde, et non une armure, à moins que vous m'aillez espionnée en train de me dévêtir ? Auquel cas, le jugement pourrait se retourner contre vous.

Je vous rappelle que l'armure se porte par les chevaliers, et non par les brigands, ne pensez-vous pas vous adresser, ici, à la mauvaise personne ?

Déjà je ne briganderai jamais, mais en plus me voir rembourser une somme folle que je n'ai jamais possédée, c'est quand même insensé !

Sire, toutes les preuves montrent bel et bien que vos preuves ne collent pas entre elles.

Cette nuit là, je vous ai croisée, j'étais bel et bien en armure, vous m'avez regardée de la tête aux pieds, et maintenant, vous espérez toucher 1800 écus sur le dos de quelqu'un, c'est moche, très moche.

Je vous remercie de votre compréhension, en espérant que le Sire m'ayant accusée à tord, reconnaîtra sa faute.

* Elle leva sa main droite *

Je jure, devant Aristote, d'avoir dit la vérité, et rien que la vérité.

* Elle se rassied *


L'accusation a appelé Okube à la barre

Citation :
Voici son témoignage :
A la noble cour de justice de Guyenne,
Madame le Juge,

Comme vous l'a si bien expliqué le procureur, j'ai été victime d'un odieux brigandage entre les 12 et 13 mars 1462 sur la route entre Bazas et Bordeaux pourtant réputé sûre.

En chemin je me suis fais attaqué par une femme en armure brillante qui m'a dépouillé de l'intégralité de mes biens... j'ai été obligé de vendre mon bouclier, de sacrifier ma sécurité, afin de me nourrir et de rentrer la peur au ventre.

Je précise l'accusé est bien la personne qui m'a attaqué et dépouillé au cours de cette effroyable nuit.

Depuis ce jour je ne suis plus sortis de Bazas, alors qu'avant je le faisait au moins une fois par mois afin de renouveller mes stocks et de vendre une partie de ma production.

Dans cette attaque je n'ai pas seulement perdu le fruit de mon travail durement acquis, j'ai été spoliée et marqué moralement par cette aventure.

Imaginez vous être surpris par une personne en armure scintillante , dans le noir de la nuit, avec un épée alors que vous même simple commerçants ne portez qu'un baton et un bouclier, imaginez vous l'état émotionnel qui est le vôtre, j'ai bien cru ma dernière heure arrivé.

Si vous avez besoins d'autres informations je reste à l'entière disposition de la justice.

Je remercie la cour de m'avoir écouter et est confiance en sa sagesse même si j'espère que Nebraska choisira la voie de sortie la plus honorable à savoir le remboursement des biens qu'elle à dérobés.

Je laisse la parole à la cour!


Le jugement a été rendu

Citation :

Enoncé du verdict
Le prévenu a été reconnu coupable de trouble à l'ordre public.
** Après avoir murement et longuement réfléchit, au détriment de certain, le juge leva la tête vers l'accusée afin d'énoncer le verdict. Il prit cependant le temps de tousser une fois dans sa main refermé devant sa bouche afin de préparer sa voix pour ce qui aller suivre. **

Accusé Nebraska, levez-vous !

Vous comparaissez aujourd'hui devant le tribunal de Guyenne pour l'accusation de Trouble à l'ordre Public, et plus précisément vous êtes accusée de brigandage sur les terres Guyennoises.

Attendu que l'accusée ne nie pas sa présence sur les lieux du brigandage, compte tenu de la reconnaissance de l'accusée par la victime, au vu du traumatisme causé et de la sommes d'argent dérobé, et entendu les lois Guyennoise,

Moi, Hadrian de Chéroy, Juge de Guyenne, déclare l'accusée coupable de Trouble à l'ordre Public pour avoir brigandé sur les terres de Guyenne ! Le tribunal guyennois la condamne à trois (3) jours dans les geôles afin de méditer de son acte. Et à une amende conséquente de 1000 écus. Que cela serve de leçon.

Si cette décision ne vous convient pas, vous pouvez déposer un dossier sous 15 jours à compté de ce verdict auprès du Tribunal du Palais que vous trouverez à cette adresse : http://forum.lesroyaumes.com/viewforum.php?f=356

Qu'il soit su qu'en ce huitième jours du mois de Mai MCDLXII, justice a été rendue en Guyenne.

L'audience est levée.

** L'affaire fut classée ainsi, et le juge referma la minute du dossier. Il fit retentir le bruit du maillet dans la salle du tribunal et se retira. **  

( HRP : Preuve que l'accusée possède l'argent demandé : https://nsa34.casimages.com/img/2014/05/07/140507115000771616.png )
Le prévenu a été condamné à une peine de prison de 3 jours et ?une amende de 1000 écus.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 
[T.O.P] Nebraska->Coupable de Brigandage
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Palais de l'Ombrière :: Cour du Château :: Palais de Justice :: Archives Judiciaires :: Sorcellerie et Troubles à l'Ordre Public divers-
Sauter vers: