Gouvernement et institutions de Guyenne
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Traités d'alliance

Aller en bas 
AuteurMessage
Elianor de Vergy
Monument Ducal
avatar

Messages : 1874
Date d'inscription : 21/11/2008
Localisation : Bordeaux ou Lesparre

Feuille de personnage
Niveau:
4/4  (4/4)
Profession: Rien
Equipement: Rien

MessageSujet: Traités d'alliance   Jeu 23 Fév 2012 - 13:23



Dernière édition par Elianor de Vergy le Jeu 23 Fév 2012 - 13:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elianor de Vergy
Monument Ducal
avatar

Messages : 1874
Date d'inscription : 21/11/2008
Localisation : Bordeaux ou Lesparre

Feuille de personnage
Niveau:
4/4  (4/4)
Profession: Rien
Equipement: Rien

MessageSujet: Re: Traités d'alliance   Jeu 23 Fév 2012 - 13:24

Citation :

ALLIANCE DU PONANT


Titre 1er : les principes fondateurs de l’Alliance du Ponant

Préambule

Tournée vers le grand Océan, le regard tourné vers le couchant,
La glorieuse Alliance du Ponant se prédit un destin éclatant,
Pour un avenir prospère, ses membres jurent de croiser le fer,
Contre toutes les misères menaçant leur amitié aurifère.


La vocation de l’Alliance

Article 1
L’Alliance du Ponant se donne pour but d’assurer la paix, l’ordre et la prospérité au sein de son périmètre, pour assurer la stabilité et le développement du grand ouest.

Article 2
L’Alliance du Ponant s’inscrit dans la lignée de la paix du Mont Saint Michel. A savoir en renforçant les liens d’amitiés et la coopération existant et en prônant la paix ainsi que le respect des peuples et de leur droit. Tout cela dans l’esprit d’enrichissement mutuel et de concorde entre les provinces françaises et la Bretagne.

Article 3
L’Alliance du Ponant se donne également pour but d’assurer la sécurité sur les mers et d’y favoriser le commerce en faveur de ses membres.

Article 4
L’Alliance du Ponant se donne par ailleurs pour but d’assurer la défense collective de ses membres contre toute forme d’agression, afin de dissuader toute entité belliqueuse de venir troubler l’harmonie et la richesse des peuples de l’ouest.

Article 5
L’Alliance du Ponant se fixe enfin pour but de rapprocher les peuples, de mettre en commun leurs talents et de faire rayonner ses idées à travers le temps et par delà les frontières.


Les valeurs de l’Alliance

Article 6
L’Alliance du Ponant défend l’idée que les peuples doivent jouir du droit d’être gouvernés par un pouvoir consenti.

Article 7
L’Alliance du Ponant défend la vraie foi et sa Sainte Eglise, tout en tolérant la liberté de conscience lorsque celle-ci n’affecte pas l’ordre public.

Article 8
L’Alliance du Ponant défend le droit de chaque Etat, de chaque province et chaque individu à voir ses droits et privilèges respectés et à résister contre toutes les formes d’oppression illégitimes.

Article 9
L’Alliance du Ponant défend l’idée que chaque peuple a le droit de vivre en paix, de commercer librement et de jouir de ses propres terres.

Article 10
L’Alliance du Ponant défend l’idée que les gouvernants doivent œuvrer à la grandeur et à l’épanouissement des nations, non à leur asservissement et à leur malheur.


Titre 2e : les organes de l’Alliance


Le Conseil de l’Alliance

Article 11
Le Conseil de L’Alliance regroupe les représentants de chaque membre et vote à l’unanimité les décisions et les proclamations de l’Alliance.

Article 12
Chaque membre ne dispose que d’une seule voix. Cependant chaque membre peut déléguer plusieurs représentants, jusqu’à trois à la fois. Dans le cas où un membre aurait plusieurs représentants au sein du Conseil, il lui faudra déterminer au préalable de quelle manière sa voix sera exprimée.

Article 13
Le Conseil peut se prononcer sur tous les sujets qui seraient soumis par l’un de ses membres. Il n’y a d’autre limite à sa compétence décisionnelle que le pouvoir que lui accordent les membres de l’Alliance.


Les officiers de l’Alliance

Article 14
Le Conseil de l’Alliance peut nommer des officiers qui auront la charge de mettre en œuvre ses décisions et ses missions.

Article 15
Les officiers ne sont responsables que devant le Conseil et leur compétence ainsi que leur rôle sont strictement définis par ce dernier.


Les cercles de l’Alliance

Article 16
Les cercles du Ponant sont des chambres rassemblant experts et représentants des membres de l’Alliance sur un domaine précis afin d’œuvrer à la coordination des moyens et des politiques publiques des membres.

Article 17
Le nombre, la composition et la nature de ces cercles sont déterminés par le Conseil.

Article 18
Les cercles peuvent en outre émettre des avis, des recommandations et des projets de décisions à l’intention du Conseil, des officiers et des membres de l’Alliance.


La Cour de l’Alliance

Article 19
La Cour du Ponant est habilitée à résoudre les litiges entre les membres, que se soit pour le respect du présent traité ou pour tout autre problème transfrontalier impliquant la violation d’une règle de droit international.

Article 20
Les magistrats de la Cour sont désignés par les membres de l’Alliance et doivent avoir une expérience reconnue dans le domaine du droit. Les magistrats devront alors élire parmi eux un président, chargé de représenter la voix de la Cour. En cas d’égalité des voix, celle du président aura un poids prépondérant.



Titre 3e : les engagements des membres de l’Alliance


Les engagements diplomatiques

Article 21
Les membres de l’Alliance s’engagent à se tenir informés de leur politique diplomatique respective, à faire en sorte que celle-ci ne porte pas atteinte aux intérêts des autres membres et qu’elle respecte les accords internationaux conclus par les membres de l’Alliance, en particulier le traité du Mont Saint Michel.

Article 22
Les membres de l’Alliance s’engagent à ne conclure aucun nouvel accord militaire avec un autre Etat ou une autre province sans avoir reçu l’autorisation préalable du Conseil du Ponant.


Les engagements maritimes

Article 23
Les membres de l’Alliance s’engagent à protéger leurs eaux et à permettre la libre circulation, sous réserve des contraintes d’ordre public, d’ordre spatial et d’ordre économique, des navires battant pavillon des pays membres.

Article 24
Les membres de l’Alliance s’engagent à se concerter pour améliorer l’efficacité des flottes militaires et la rentabilité des flottes commerciales, afin d’exercer une réelle domination des mers. Cela implique de partager les informations de navigation.


Les engagements judiciaires

Article 25
Les membres de l’Alliance s’engagent à une pleine coopération judiciaire, selon des procédures qui pourront être définies par le Conseil du Ponant, ou à défaut à la Cour du Ponant.

Article 26
Chaque juridiction appartenant aux membres de l’Alliance peut solliciter la Cour du Ponant sur une question préjudicielle portant sur l’application du présent traité.


Les engagements militaires

Article 27
Les membres de l’Alliance s’engagent à porter une pleine assistance à l’un d’entre eux dès lors que son territoire est menacé ou attaqué. Cette obligation de défense commune n’implique pas l’obligation de déclarer la guerre à l’agresseur.

Article 28
Les membres de l’Alliance s’engagent à partager leurs moyens, leurs connaissances et leurs informations, afin de renforcer l’efficacité de leurs armées et leur coordination.


Les engagements commerciaux


Article 29
Les membres de l’Alliance s’engagent à s’offrir mutuellement une préférence commerciale sur tous les produits et à accorder un droit de libre circulation à tous les marchands missionnés par les gouvernements membres.

Article 30
Les membres de l’Alliance s’engagent à coordonner leurs efforts pour chercher à atteindre l’autarcie de l’Alliance et pour que chaque membre puisse prospérer sans que cela soit au détriment des autres.


Les engagements culturels

Article 31
Les membres de l’Alliance s’engagent à favoriser l’amitié entre leurs peuples, à respecter la culture de chacun et à partager ses richesses intellectuelles.

Article 32
Les membres de l’Alliance s’engagent à soutenir le rapprochement de leur noblesse, à célébrer les points positifs de leur histoire commune et à développer les initiatives communes, dans le but d’aboutir à une identité collective autour du Ponant
[/b].[/hrp][/rp]


Citation :
Sa Majesté Myrlin, Grand-duc de Bretagne,

Sa Grace Grandsage, Duc de Bretagne,

Sa Grandeur Cyphus Garion, Comte du Poitou,

Sa Grace Otissette, Duchesse d’Anjou

Par leurs voix unanimes déclarent accueillir au sein de La Glorieuse Alliance du Ponant,
Le Duché de Guyenne, représenté devant eux par Sa Grace Melior.

En ce jour vingt cinq de janvier de l’an mil quatre cent cinquante huit,
La Guyenne appose son sceau pour qu’il soit su et reconnu sa volonté de rejoindre l’Alliance du Ponant

Ce présent document est joint au traité fondateur


Sa Majesté Myrlin de Pontcallec, Grand Duc de Bretagne


Sa Grâce Grand_sage, Duc de Bretagne


Sa Grace Melior, Duchesse de Guyenne


Sa Grandeur Cyphus Garion, Comte du Poitou


Sa Grâce Otissette De Reikrigen Kervanech

Revenir en haut Aller en bas
Elianor de Vergy
Monument Ducal
avatar

Messages : 1874
Date d'inscription : 21/11/2008
Localisation : Bordeaux ou Lesparre

Feuille de personnage
Niveau:
4/4  (4/4)
Profession: Rien
Equipement: Rien

MessageSujet: Re: Traités d'alliance   Jeu 23 Fév 2012 - 13:28

Citation :
À tous présent et à venir, salut,

Nous, Archybald de Louvelle, par la grâce de Dieu et la volonté du peuple et du conseil, Duc de Guyenne, annonçons, avec l'approbation à la majorité du conseil ducal, le départ de la Guyenne de l'alliance du Ponant.

Lors de l'entrée de la Guyenne dans cette alliance en janvier 1458, la Duchesse en exercice, Melior de Lioure, avait clairement exprimé auprès du Ponant et avec l'approbation des dignitaires d'alors, sa volonté de voir la Guyenne privilégier ses liens vassaliques à la Couronne de France en cas de conflit.

L'alliance, présentée comme essentiellement diplomatique, judiciaire et commerciale, devait être un mur de protection face à l'Atlantique. Il s'est malheureusement avéré que les débats portaient sur des considérations moins enclines à la prospérité et au développement des provinces membres et qu'une véritable visée belliciste animait un groupe restreint de ses décideurs. La démission de la Duchesse Melior de Lioure au poste d'intendante du Ponant en septembre 1458 est explicite à ce sujet (1) :

    « Voyant en cette Alliance les possibilités qu'elle offrait en diplomatie, en développement maritime, j'avais désiré y contribuer. Force est de constater que, seule, la voix des armes est privilégiée.
    N'adhérant pas à telle vision, et n'apportant rien au Ponant, je me retire donc. »

La composition obscure du conseil des feudataires du Ponant, avec des gens siégeant sans aucun poste officiel, tels que Smurf, ou George le Poilu à l'époque où le Berry n'était point membre du Ponant de l'alliance, renvoie plus l'image d'un groupuscule criminel que celle d'une véritable alliance cadrée par des textes et des règles.

Lorsque l'armée des nains, dirigée par Smurf, attaqua le Périgord-Angoumois, les réponses des feudataires du Ponant étaient que ledit Smurf n'agissait pas pour le compte de l'Alliance. Or il siège au Ponant, et un an auparavant il exposait ce projet. La guerre se déclare, on ne se retranche pas derrière des mercenaires pour éviter d'assumer les conséquences de ses actes.

L'alliance du Ponant a fait ingérence dans les affaires Guyennoises. Une annonce de Datan l'Epervier, chancelier du Ponant, affichée le vingt-quatrième jour du mois d'août en place publique guyennoise appelait le peuple de Guyenne à la révolte (2) :

    « Peuple de Guyenne, lève-toi et prends en main ta destinée, ta province est à toi et à nul autre et tes alliés ne sont pas loin, le Ponant ne pouvant laisser la Guyenne alliée aux mains de ses voisins profitant honteusement de la situation ! Ce qu'on te vole, reprend-le ! »

Les arguments évoqués concernant le Régent Koyote étaient qu'il n'avait point été élu par le peuple, alors que nous avons nous-même siégé parmi les dignitaires de l'alliance en mai dernier en qualité de Régent de Guyenne après avoir repris par la force le trône au Duc Drykern.

Lorsque nous, Archybald de Louvelle, élu par la voix des urnes puis reconnu par les conseillers de Guyenne et par la Reine de France comme Régnant légitime, nous présentâmes aux portes de l'alliance, nous nous sommes vu refuser les accès au Conseil du Ponant sous prétexte que nous souhaitions renouveler la vassalité de la Guyenne envers la France.

Force est de constater que le Ponant n'agit pas selon une ligne de conduite déterminée légalement, mais selon les intérêts d'un groupuscule.

Pis encore, l'ingérence Ponantaise dans les affaires politiques de Guyenne a pris une tout autre tournure le mois dernier, voyant le Ponant soutenir les rebelles Guyennois dans leurs desseins de faire la guerre au conseil légitimement élu, ainsi dénoncée dans notre annonce du 27 septembre (3) :

    « Le 26 septembre 1459, l'armée agrémentée bretonne "Pennmarc'hed" a été débarquée à La Teste-de-Buch par une cogue marchande de Breizh, sans l'approbation du conseil ducal de Guyenne et sans l'approbation des feudataires du Ponant, le 27 septembre, l'armée agrémentée poitevine "Veneratio Vel Nex" dirigée par un angevin a forcé la frontière, détruit l'armée Guyennoise "Libertad" et blessé à mort messer Fradou, Seigneur de Sabadel-Lauzès et vassal du Duché de Guyenne. »

Cette intrusion illégale a vu les deux armées incriminées répandre le sang de leurs frères par deux assauts infructueux contre l'armée ducale stationnée aux portes de la capitale, occasionnant morts et blessures parmi nos concitoyens, assauts qui se sont soldés par la destruction de l'armée bretonne et le repli de Veneratio Vel Nex et des rebelles sur le front poitevin où ils se battent, à ce jour, aux côtés de leurs soutiens Ponantais.

Malgré notre volonté de voir la Guyenne reprendre le dialogue avec une alliance qui réprouvait la destitution d'un conseil ducal majoritairement excommunié par les ambitions d'un seul homme, malgré la main tendue au Ponant en vue de préserver la Paix, celui-ci a fait s'introduire une armée bretonne sur notre sol sans notre aval, celui-ci a laissé l'agrément poitevin à une armée rebelle, celui-ci, lâche et hypocrite, s'est défaussé de toutes ses responsabilités. (4)

Dès lors il n'a plus été question seulement d'ingérence du Ponant à l'égard de la Guyenne, mais de trahison et de crime de sang.

Le Ponant, soutenant le traître Garzimlebo, a contribué à la fragilisation de la Guyenne, permettant ainsi au Comté de Toulouse de s'emparer de la bonne ville de Montauban et de notre mine de fer tandis que nous essuyons des pertes aux portes de Bordeaux.

Les torts de l'alliance du Ponant à l'égard de la Guyenne sont grands :

  • Refus de respecter la parole donnée à la Guyenne lors de son entrée dans le Ponant
  • Ingérence
  • Trahison
  • Crime de sang

Les discours Ponantais visant à défendre l'idée d'une liberté ne sont que ceux de gens s'assimilant à des brigands, justifiant par là leur refus de se plier aux lois, aux fondements d'une société de droit. La Guyenne ne saurait s'associer aux mensonges répétés du Ponant, à leur manque de parole, à leurs infâmes magouilles, qui ne servent ni le Peuple de France, ni le Royaume.

Le texte de l'Alliance du Ponant dit :

    La vocation de l’Alliance

    Article 1
    L’Alliance du Ponant se donne pour but d’assurer la paix, l’ordre et la prospérité au sein de son périmètre, pour assurer la stabilité et le développement du grand ouest.

    Article 2
    L’Alliance du Ponant s’inscrit dans la lignée de la paix du Mont Saint Michel. A savoir en renforçant les liens d’amitiés et la coopération existant et en prônant la paix ainsi que le respect des peuples et de leur droit. Tout cela dans l’esprit d’enrichissement mutuel et de concorde entre les provinces françaises et la Bretagne.


Le traité de paix du Mont Saint Michel a été foulé aux pieds par le Grand Duc Elfyn.
Le Ponant ne respecte même pas son propre traité fondateur.

Qu'il soit su dans tout le Royaume de France,
Que la Guyenne quitte le Ponant.

Fait à Montauban le vingt-cinquième d'octobre 1459.


Pièces jointes :

(1)
Citation :
Aux Membres de l'Alliance du Ponant,

Salutations,

Par la présente, je, Melior de Lioure, Duchesse de Castelmoron d'Albret, Vicomtesse de Beaumont en Périgord, remets ma démission pour ma fonction d'intendante du Ponant.
Voyant en cette Alliance les possibilités qu'elle offrait en diplomatie, en développement maritime, j'avais désiré y contribuer. Force est de constater que, seule, la voix des armes est privilégiée.
N'adhérant pas à telle vision, et n'apportant rien au Ponant, je me retire donc.

Qu'Aristote vous ait en sa Sainte Garde,

Faict à Toulouse, le deuxième du mois de septembre de l'an de grâce 1458,

Melior de Lioure

(2)
Citation :
De nous, membres alliés et unis du Ponant,
Au peuple libre de Guyenne, maitre de son avenir,

Ne pouvons que déplorer le fait que le peuple de Guyenne n'ait pas eu le loisir de se choisir un régent - enfin - conforme aux attentes tant de l'église que de la Couronne de France et que ce Duché souverain se soit ainsi vu imposer un homme issu des salons parisiens, non élu, illégitime et infligé au peuple par tyrannie et menaces.

Nous exhortons la Reyne de France à écouter le peuple de Guyenne qui refuse de se voir imposer un régent, fusse-t-il issu de son peuple et de ne point laisser certains voisins de la Guyenne en profiter pour assouvir leur soif de s'en prendre à elle.

Nous déplorons de voir arriver un régent illégitime à la tête d'une armée d'une province extérieure, montrant bien par là ce que l'on impose par la force au peuple de Guyenne. De plus, nous constatons avec effarement que parmi le conseil imposé par le pouvoir Royal, un félon à la couronne ait été nommé, prouvant une fois de plus que la félonie n'est qu'une décision arbitraire maniée avec bien trop de légèreté !

Quant à l'église Aristotélicienne, nous ne pouvons que déplorer son empressement à juger sans laisser la possibilité aux conseillers élus de se défendre. Empressement qui malheureusement n'est pas le même à répondre aux demandes d'indulgence.
Nous en profitons pour rappeler que rien dans les lois de Guyenne n'empêchent un excommunié de se présenter à une élection, le Concordat de Guyenne ayant été définitivement invalidé par le rappel du Grand Chancelier de France.

Nous dénonçons une fois de plus une manœuvre consistant à isoler la Guyenne et affaiblir le Ponant au moment où la Reyne lève le ban contre notre Alliance, croyant diviser pour mieux régner sur un royaume qu'elle devrait unir et ne fait que briser en bafouant le droit des Provinces Vassales et non provinces serviles.

Nous espérons enfin que le sang ne coule pas une nouvelle fois inutilement, en cette période où trop sont déjà tombés.

Peuple de Guyenne, lève-toi et prends en main ta destinée, ta province est à toi et à nul autre et tes alliés ne sont pas loin, le Ponant ne pouvant laisser la Guyenne alliée aux mains de ses voisins profitant honteusement de la situation ! Ce qu'on te vole, reprend-le !

Puisse le Très-haut intervenir pour la paix Aristotélicienne.

Pour le Ponant,
Datan l'Epervier
Chancelier du Ponant

(3)
Citation :
Communiqué sur les troubles en Guyenne.

Nous, Archybald de Louvelle, par la grâce de Dieu et la volonté du peuple et du conseil, Duc de Guyenne, dénonçons les actions ignominieuses de ces derniers jours.

Le 21 septembre, les Guyennois ont choisi de faire confiance à des hommes et des femmes qu'ils ont jugé digne de siéger au conseil, en votant majoritairement pour le parti politique GPS. Et avec plus de 50% face à 3 listes concurrentes, le peuple s'est exprimé clairement.

Le 23 septembre, les conseillers nous ont reconnu Duc à la majorité absolue des voix exprimées et, malgré les différents politiques qui opposaient les différents élus, tous, en excluant les deux inéligibles de la liste RSP, se sont vus octroyer le droit et l'opportunité de servir la Guyenne.

Forte de sa légitimité acquise par la voix des urnes, la Guyenne en tant que membre de l'alliance du Ponant et malgré le conflit qui agite le Royaume de France, a fait valoir ses prétentions à siéger au conseil des feudataires, comme stipulé dans la charte d'alliance. Ses éminents membres, soucieux de leur puissante alliée du Sud, ont entamé une discussion visant à connaître les desseins des élus de Guyenne à l'égard du Ponant.

Le 26 septembre, l'armée agrémentée bretonne "Pennmarc'hed" a été débarquée à La Teste-de-Buch par une cogue marchande de Breizh, sans l'approbation du conseil ducal de Guyenne et sans l'approbation des feudataires du Ponant. Cette armée stationne à ce jour à l'extérieur des murs de La Teste-de-Buch et rallie différents éléments séditieux déçus par le résultat des urnes.

Le 27 septembre, aujourd'hui, les armées agrémentées poitevines "Veneratio Vel Nex" dirigée par un angevin et "Nil volentibus Pictavensis arduum" dirigée par un poitevin, ont forcé la frontière poitevine, détruit l'armée Guyennoise "Libertad" et blessé à mort messer Fradou, Seigneur de Sabadel-Lauzès et vassal du Duché de Guyenne. Nous souhaitons à ce seigneur Guyennois un prompt rétablissement et nous le remercions de sa loyauté et de son sacrifice vis à vis de la Guyenne, telle est la véritable noblesse.

Il serait facile d'accuser le Ponant, mais ni ses feudataires berrichons ni ses feudataires artésiens ne cautionnent cette attaque pas plus que cette ingérence Poitevino-Bretonne dans les affaires de la Guyenne. Nous savons en revanche une chose, c'est que tout cela a été orchestré par une unique personne, le Grand Duc de Bretagne Elfyn, et ce dans le dos de ses alliés. Pourquoi ? Parce que comme certains ont pu l'entendre ces derniers jours, la vicomtesse Asophie le manipule, ayant jeté tout son fiel sur la Guyenne pour provoquer un conflit dans l'espoir de récupérer le pouvoir et de sauvegarder ses intérêts, pas ceux de la Guyenne dont elle se moque visiblement.

Aujourd'hui encore, la connétable Xanthipremier, conseillère élue par les urnes, a trahi la confiance portée par ses électeurs en dérobant la quasi-totalité de l'arsenal ducal, totalisant environ 9000 écus en avoirs correspondant à pas moins de 9 lances, 36 épées et 38 boucliers ; et ceux qui trahissent la Guyenne demandent à quitter son giron pour rejoindre le Comté de Toulouse.

À Garzimlebo, Duc de Blanquefort, nous vous faisons savoir que vous et votre épouse, après avoir molesté et blessé deux nobles de Guyenne, n'êtes pas en droit d'exiger quoique ce soit du conseil ducal et de son régnant. Vos prétentions sont infondées, et nous y répondons point par point :

  • Jamais le conseil ducal n'a souhaité des rebelles autre chose que le retour au calme. Nous réitérons le souhait du conseil ducal de les voir revenir à de meilleurs sentiments envers la Guyenne, et leur assurons qu'aucun d'entre eux ne sera mis en procès pour un motif ou un autre sous réserve qu'ils témoignent de leur fidélité envers le duché et ploient le genou devant le trône de Guyenne ; à l'exception de Balthier Calendal, Isambre de Blanquefort et Matalena Ladivèze qui comparaitront devant la justice ducale pour avoir trahi la Guyenne.

  • Jamais le conseil ducal n'a déclaré "personna non grata" les gens qui ont combattu sur le front ponantais. Sa seule réclamation fut la dissolution de l'armée "Veneratio Vel Nex" avant son entrée en Guyenne, et que si ses membres rejoignaient leurs demeures respectives sans être membre de ladite armée, alors ils étaient en droit de le faire, ainsi que l'a fait dòna Kateyll.

  • Jamais le conseil ducal ne tolérera la moindre menace ou le moindre couteau sous la gorge de la part de gens qui hier se prétendaient Guyennois, qui hier prétendaient se battre pour le respect des urnes, et qui aujourd'hui crachent une nouvelle fois sur leurs serments. La Guyenne prône la neutralité dans la guerre qui oppose le Ponant à la Couronne.

En outre, vous n'avez aucune légitimité à parler au nom de l'alliance du Ponant, et nous vous faisons savoir qu'un tel appel à la révolte a pour nom : trahison. Si la sauvegarde de la Guyenne vous importe un tant soit peu, revenez à de meilleurs considérations envers l'administration ducale. Car la Guyenne que vous souhaitez unie et soudée, vous en provoquerez la ruine.

Que les Guyennois qui eux, s'intéressent à la Guyenne et ne veulent pas d'un gouvernement imposé par le Grand Duc Breton, prennent les armes et se dirigent massivement vers Bordeaux.

Fait à l'Ombrière le vingt-septième de septembre 1459.

(4)
Citation :
Au bon peuple de Guyenne,

De nous, Archybald de Louvelle, par la grâce de Dieu et la volonté du peuple et du conseil, Duc de Guyenne,

Cette nuit, deux armées d'insurgés et de rebelles ont lancé l'assaut vague après vague contre l'armée ducale qui protège notre belle capitale de Bordeaux.

Grâce au courage et à la bravoure de nos sœurs et frères de Guyenne et malgré notre flagrante infériorité numérique, ils ont été repoussés, dont les messires Betoval et Kal, pris d'une grande panique, jusqu'à Saintes. Voici la fierté de la Guyenne !

Tout cela est d'autant plus regrettable que des offres de trêve furent formulées ces derniers jours de la part du conseil légitime de Guyenne. Nous avons nous-même appelé les membres du Ponant à nous aider à faire recouvrer la raison à ces gens. Une amnistie quasi-générale et des garanties leurs étaient offertes.

Mais las, ces gens-là qui ne pensent qu'à titre, couronne et blason et qui n'ont que faire de notre Guyenne tant aimée, ont refusé notre main tendue. Qu'ils sachent désormais que nous ne négocierions pas avec des ordures de leur espèce.

Le Poitou qui a fait rebrousser chemin à l'armée du Coms Baillant, laisse aujourd'hui ces barbares combattre en son nom et avec ses étendards, malgré nos multiples demandes de faire retirer l'agrément poitevin à l'armée Veneratio Vel Nex ; tandis que la Bretagne d'Elfyn maintient sur nos terres une armée dirigée par Bioul, breton de son état et en aucun cas Guyennois.

Le Ponant, par sa caution infâme de crime de sang contre l'un de ses alliés, est par conséquent une parenthèse dans la vie de la Guyenne que nous vous annonçons bientôt refermée.

Ceux qui sont tombés au champ d'honneur, nous prions pour eux aujourd'hui, et nous les vengerons demain.
GUIENNA, ABAN !

Fait à l'Ombrière le vingt-neuvième de septembre 1459.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Traités d'alliance   

Revenir en haut Aller en bas
 
Traités d'alliance
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Palais de l'Ombrière :: Hôtel Puy-Paulin - Les ambassades guyennoises :: Les salles publiques :: Librairie: les traités ratifiés-
Sauter vers: